Kingdom Hearts Last Memories



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le fantôme du Salon Blanc (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 29 Oct - 13:48


MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com


Tout le monde à la Cité du Crépuscule connaissait le Manoir hanté, une vielle bâtisse située dans une clairière au coeur des bois. Des gens disait que parfois on pouvait apercevoir un fantôme à l'une des fenêtre, ce qu'ils ignorait c'est que ce fantôme était en réalité une simili. Une simili qui redessinait les souvenirs d'un maître de la clé. Cette simili, se nommait Naminé. La porte du Salon Blanc, pièce où elle se trouvait autrefois, s'ouvrit lentement laissant pénétrer une jeune fille dans l'immense salle.

*Rien n'as changé ici.*

Et en effet rien n'avait changé, elle parcouru rapidement de son regard charron la pièce immaculé. Oui. Rien n'avait changé depuis la dernière fois où Naminé était venue ici. Ses dessins était toujours accroché ça et là sur les murs et l'obscure lumière du crépuscule pénétrait toujours par les fenêtre aux rideaux transparents. Les lèvres de l'adolescente aux cheveux de souffre sourit. A l'exception une légère couche de poussière la pièce était toujours la même qu'autrefois. Elle prit place sur la chaise, là où elle s'était assise tant et tant de fois et, sortant son carnet à dessin comme elle l'avait si souvent fait, elle se mit à dessiner. Ses crayons semblaient à peine effleurer le papier dans des mouvements d'une extrême précision, tels des patineurs sur la glace. Tandis qu'elle emplissait sa feuille de couleur elle repensa à tout ce qui lui était arrivée ces derniers temps. La simili avait quitté le corps de Kairi récemment, cela l'arrangeait assez dans un sens, non pas que la princesse la dérangeait mais elle se faisait du soucis pour Roxas. Le jeune blond occupait toujours autant ses pensée. Sans doute aurait on pris cela pour de l'amour si ils avaient tout deux eut un coeur. Ce n'était cependant pas le cas mais ses sentiments, bien qu'elle n'était pas censée en avoir, restait très forts à l'égard du jeune homme.


*Je me demande si je le reverrais.*


C'est sur cette pensée que la blondinette continua de dessiner, espérant revoir l'autre simili, bien qu'elle n'était pas censée avoir d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Sam 31 Oct - 13:42

Ma mission était des plus simples : éradiquer toute menace pour les planètes, y compris les humains qui ne cessaient de la détruire pour assouvir leur désirs pervers. Les Sans-cœur ne seront pas mes alliés, mais les ténèbres si. En plongeant ces mondes dans le néant, je les préserveraient des humains, les Sans-cœur ne s’en préoccuperaient plus grâce à la protection de mon hôte. Je devrais certainement faire tout cela seul, mais peu importait, seule la survie des mondes était importante.
Un autre problème se présenta néanmoins : les cœurs. Tuer des êtres possédant un cœur signifiait libérer les cœurs vers un royaume, Kingdom Hearts d’après les archives de… mon créateur. Mais en libérer amenait aussi des Sans-cœur à se manifester, voir à en créer. Il fallait que je trouve un moyen pour empêcher cela. Je savais énormément de chose en théorie, mais en pratique… j’ignorais tout ou presque. L’entité en moi se manifesta :


Je comprends ce qui te tracasse, cependant je ne connais aucun moyen à ce jour permettant de conserver les cœurs des vaincus. Il faudrait quelqu’un qui puisse créer à partir du néant, or je ne connais personne qui soit capable d’un tel exploit.

Je comprends. Toutefois, je chercherais tout en accomplissant votre volonté. Mais je dois au préalable sortir de cet endroit, et j’ignore comment m’y prendre.

Ne t’inquiète pas, je m’en occupe… Je porte la Lumière…


Mon hôte ouvrit alors un portail dans le néant où je me trouvais, mais j’ignorais où j’atterrirai, mais j’avais confiance en lui. Je traversai alors le portail. C’est une étrange sensation que d’être décomposé pour être recomposé ailleurs, toutefois ce n’est pas du tout désagréable. Il me fallut un moment avant que je n’arrive à voir clairement quoique ce soit. Je ne distinguais d’abord qu’une couleur beaucoup trop clair : le blanc. Puis petit à petit j’arrivais à voir des sortes de taches sur les mur ; je m’en approchais alors pour tenter d’identifier ce que c’était : il s’agissait de divers dessins d’enfants. J’ignorais totalement leur signification mais cela importait peu. Mes autres sens devaient aussi être altéré car je n’avais pas senti la présence de cette personne, probablement un de ces misérables humains. Cette personne semblait me fixer, sûrement troublé par mon apparence particulière.
Soudain sans crier gare, je fonçai droit sur cet humain et le plaquai contre le mur sans trop lui faire de mal. Il était… étrange, il ne ressemblait en rien aux hommes : il était déjà plus petit que les hommes, donc un gamin. Ses traits étaient aussi assez différents : un corps plutôt fin, doux et délicat, une poitrine plus développé que les hommes. Etrange... Mais le plus étrange était qu’il n’y avait pas une once de haine en cet être. L’entité ne se manifestait pas non plus pour m’aider, était-elle affaiblie ? Peu importait cette « chose » me répondrait :


Qu’est-ce que tu es ? Tu ne ressembles pas aux hommes, j’en ai donc déduis que tu devais être un garçon ; mais au niveau de la morphologie tu ne leur ressembles pas du tout. Je n’arrive pas à déterminer tes sentiments, or rien ne peut se dérober à mon regard. Comment y parviens-tu misérable !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Dim 1 Nov - 16:27

Une exclamation de surprise sortit des douces lèvres de notre amie semblable à une poupée de porcelaine. Un homme avait pénétré la pièce par un couloir et, après avoir remarqué sa présence l'avait soulevée et plaquée contre un mur.

- Qu’est-ce que tu es ? Tu ne ressembles pas aux hommes, j’en ai donc déduis que tu devais être un garçon ; mais au niveau de la morphologie tu ne leur ressembles pas du tout. Je n’arrive pas à déterminer tes sentiments, or rien ne peut se dérober à mon regard. Comment y parviens-tu misérable !?

Cette personne ou chose aurait terrifié n'importe qui et certains seraient certainement mort de peur s'ils se trouvaient à la place de la blonde. Celle-ci n'était cependant pas dotée de coeur et ne pouvait donc connaître se sentiment bien qu'elle n'était pas complétement rassurée. Après avoir fais les yeux ronds suite aux question qu'il lui avait posée, la jeune fille répondit de sa douce voix de son habituel ton calme:

- Je ne suis pas un garçon je suis une fille. Et pour ce qui est des sentiments...
Elle marqua un petit temps d'arrêt. Je ne peux pas en avoir puisque je suis une simili.

Ce n'était pas un être humain ordinaire Naminé en était certaine. Ne serait ce que par son apparence et l'impression qu'il dégageait, il ne la rassurait pas. Surtout que la situation ne jouait pas en sa faveur, quand il l'avait soulevée et envoyée contre le mur elle avait lâchée son carnet à dessin et les crayons de couleur qu'elle avait en main si bien qu'elle n'avait rien pour se défendre. Elle le regarda un peu plus attentivement il avait des cheveux bruns aux reflets bleutés, deux ailes de démons et son seul oeil qui n'était pas masqué brillait d'un éclat d'or semblant refléter la tristesse.


*Je me demande qui il est vraiment.*
Revenir en haut Aller en bas
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mar 3 Nov - 10:27

HRP: Juste une remarque: tu n'es pas sencer entendre la voix de l'entité^^, mais tu devai t'en douter je pense, et tu utilises quelle couleur?? Je trouve pas^^ [fini]

Cette étrange créature ne semblait nullement me craindre, était-ce de la folie de sa part? Non, c'est plus une absence de sentiment qui était l'origine de cette absence de crainte. La seule chose qu'elle avait pu dire était une exclamation de surprise de ma présence fulgurante. Cet être fini par me répondre:

- Je ne suis pas un garçon je suis une fille. Et pour ce qui est des sentiments... Je ne peux pas en avoir puisque je suis une simili.


Une fille?! Comment avais-je fait pour ne pas m'en rendre compte?! ...Non, c'était finalement normal : durant toute ma vie je n'ai guère pu voir de fille, même avec Yggdrasill. Les ordinateurs de mon fou furieux de créateur en parlait vaguement, sans plus; je n'avais guère prêté attention à cela. Par contre, cette "fille" se disait être un simili? J'ignorai qu'ils pouvaient prendre apparence humaine : j'ai eu l'occasion de lire plusieurs dossiers à leurs sujets, ils étaient décrits comme des créatures blanches qui ne possédaient pas de coeur, donc pas de sentiments; les seuls sentiments qu'ils pouvaient avoir n'étaient que des souvenirs, et encore ils n'étaient pas aussi forts que des sentiments normaux. Tout cela expliquait cette absence de sentiments. Les similis n'étaient pour le moment pas des ennemis. Je lui dit alors plus calmement:

Un simili? Je vois... Excuse-moi de t'avoir brutalisé, mais c'est un réflexe que j'ai.Mais avnat de te relacher, j'aimerai savoir quel est ton but, créature du néant? Je souhaite vivement que ton but ne te mettes pas dans les personnes que je dois éliminer. Et tu dois bien avoir un nom, n'est-ce pas?

Que comptes-tu faire si elle n'est pas dans les personnes à tuer dis-moi? Vas-tu l'épargner et t'en aller? Ou vas-tu faire autre chose? m'avait alors dit l'entité.

Vous vous manifestez enfin? En ce qui la concerne, je ferais ce que j'aurais à faire d'elle.


Cependant, cette entité avait malheureusement raison: qu'allais-je faire d'elle? Dans le cas où cette fille m'étais nuisible je l'éxterminerais sans pitié; mais dans le cas contraire que ferais-je? Il faudrait que je trouve un moyen de la préserver, mais je ne pense pas qu'elle accepte de venir avec moi... Peu de personnes accepteraient ma vision des choses, mais cela m'était égal: j'étais prêt à porter seul mon fardeau. Mais il fallait que je trouve quand même une solution pour elle...
J'attendai alors qu'elle daigne me répondre, cela ne servait rien de se casser la tête si je devais simplement la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mer 11 Nov - 17:06

- Un simili? Je vois... Excuse-moi de t'avoir brutalisé, mais c'est un réflexe que j'ai. Mais avant de te relâcher, j'aimerai savoir quel est ton but, créature du néant? Je souhaite vivement que ton but ne te mettes pas dans les personnes que je dois éliminer. Et tu dois bien avoir un nom, n'est-ce pas?

La blonde resta un instant silencieuse avant de répondre:

- Je m'appelle Naminé et pour ce qui est de mon but... Et bien tout dépend de ce que tu entends par là. Il y a tellement de personnes, qui tous nourrissent des buts semblables et distinct à la fois. J'avoue que c'est rare que l'on me demande mon avis, en général les gens m'utilisent d'avantage comme un outil.

Elle frissonna en prononçant ces derniers mots. En effet, même si cela faisait longtemps que Marluxia et Larxene n'était plus de ce monde elle se rappelait encore de ce qu'ils lui avait fait subir à même titre que DiZ. Cependant tout le monde n'était pas comme ça à commencer par Sora qui l'avait sauvé de Marluxia, Kairi son être originel, Riku qui l'avait laissée s'échapper plutôt que de la tuer et Roxas bien sûr.


*Je me demande où est-ce qu'il se trouve.*


Elle l'entendit vaguement baragouiner quelque chose qu'elle ne parvins à comprendre et préféra poursuivre son discours.


- Si tu me le demandes, je ne pense pas être contre les mondes, je préfère au contraire aider à les protéger bien que je ne soit pas utile à grand chose.

Elle fit quelques pas et récupéra son carnet à dessin ainsi que les quelques crayons qui étaient tombés au sol avant de se retourner à nouveau vers son interlocuteur:

- Et toi? Comment t'appelles-tu? Si ce n'est pas trop indiscret.

[Désolé du retard j'ai pas trop eu accès à l'ordi ces jours-ci. Pour la couleur que j'utilise pour parler il s'agit du violet]
Revenir en haut Aller en bas
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 12 Nov - 10:41

Le comportement du Simili m'étonna un peu : elle ne semblait pas avoir peur du tout, mais en même temps elle ne pouvait guère ressentir quoi que ce soit étant donné son état. Elle finit par répondre:

Je m'appelle Naminé et pour ce qui est de mon but... Et bien tout dépend de ce que tu entends par là. Il y a tellement de personnes, qui tous nourrissent des buts semblables et distinct à la fois. J'avoue que c'est rare que l'on me demande mon avis, en général les gens m'utilisent d'avantage comme un outil.


Une personne utilisée?! Considérait-on donc des personnes comme des objets, même si elles étaient incomplètes?! Ainsi cette Naminé avait été utilisée comme un outil par de vulgaires humains! Etais-je le seul à la considérer non pas comme un objet mais comme un être pensant, un être vivant? ses paroles semblaient sincères et innocentes, toutefois c'était une Simili... elle serait très bien capable de me mentir, même si au fond de moi je savais qu'elle me disait la vérité. Cette jeune fille continua alors:

Si tu me le demandes, je ne pense pas être contre les mondes, je préfère au contraire aider à les protéger bien que je ne soit pas utile à grand chose.


Pas contre les mondes? Avait-elle lu mes pensées? C'est très peu probable avec mes deux hôtes. Et maintenant que faire d'elle? Cette Simili ne semblat pas vouloir nuire, et je ne la sentais pas capable de nuire. Une drôle de sensation m'envahit : j'était troublé par le fait qu'il existe réellement des êtres purs, dénué de haine ou presque. La haine est un vice humain, toutefois elle se retrouve fort atténuée chez certaines personnes comme Yggdrasill... Ainsi les Similis me serait des alliés? Non... Dans les données de... d'Hojo, les rapports mentionnaient que les Similis ne reculaient devant rien pour acquérir des coeurs et redevenir ainsi des humains... Ils étaient donc potentiellement dangeureux car ils redeviendraient humains et dévasteraient ensuite les planètes. Soudain la voix de Naminé me tira hors de ma très longue réflexion:

Et toi? Comment t'appelles-tu? Si ce n'est pas trop indiscret.


Mon nom... Pouvais-je le lui dire? N'était-ce pas dangeureux, cela créérait-il des problèmes? Devant mon hésitation, le démon me dit alors:

Libre à toi de lui dire, dis-toi que même si elle tentait quelque chose à l'encontre de ta mémoire je l'en empêcherais. Il s'agit peu être de Naminé, "un sorcière capable d'intéragir avec les souvenirs d'autruis" toutefois mon pouvoir lui reste bien supérieur, ton identité et tes souvenirs seront à l'abri avec moi. Tu m'es très précieux Darth.

Merci... Concernant mon identité... Je suis le Messager Funeste et je me prénomme Darth. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : je souhaiterais que tu vienne avec moi. Tu prétend ne pas vouloir nuire aux mondes mais c'est ta parole. Je ne te connais malheureusement pas assez pou te laisser en paix. En me suivant tu acceptes aussi une mort potentielle soit par moi si je juge que tu ne dois pas vivre, soit par les ennemis qui seront sur ma route; toutefois je te relacherai si je te juge non-nuisible aux mondes, je te relacherais. Tu peux aussi embrasser ma cause à annihiler tous les êtres humains des planètes, tous les êtres nuisibles pour préserver les planètes par les ténèbres, ainsi elles ne seront plus meurtries. Je ne t'oblige en rien à me suivre, ainsi libre à toi de partir mais si tel est le cas, attends-toi à être traquée, de ne pas avoir de répit. Je te laisse un temps de réflexion, prend ton temps pour peser le pour et le contre.


La traquer... ça j'en étais capable, toutefois l'anéantire... Ce serait dur mais nécessaire, je ne pouvais me permettre de laisser des ennemis potentiels rester en vie. Cependant... Elle, elle semblait différente... Etais-je attiré par elle? Certainement...
Il me semblait qu'il y avait des personnes aux alentoures... Peu importait, il devait s'agir de mon imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Sam 14 Nov - 12:34

ordi mort désolé mais tu devra attendre pour la rep (là je profite de squatter un autre ordi pour prévenir)
Revenir en haut Aller en bas
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 19 Nov - 10:23

Roxas ouvrit la porte du manoir à la demande du Madd Hatter qui s'était enfin remit de ce qui semblait le hanter depuis un moment déjà. L'endroit était resté le même que lorsque le Simili y avait entré une dernière fois il y avait plus d'un an, cependant qu'il tressaillit alors que son compagnon de voyage éternuait.
La Clé du Destin avançait avec assurance; il se souvenait encore de l'emplacement de chaque pièce - heureusement - et sa destination principale s'avérait être la pièce de Naminé. Évidemment, puisque c'était elle qu'il cherchait en premier lieu.
Le silence régnait dans la résidence sois-disant abandonnée, si l'on ne comptait pas les bruits de pas des deux visiteurs. Puis, un autre bruit se fit entendre. Des voix.
Le blond résista au réflexe de faire apparaître Oblivion et s'arrêta l'espace d'une seconde pour localiser la provenance des voix. En fait, il n'en distinguait que deux : l'une féminine et l'autre masculine. L'espoir naquit comme une flamme dans l'esprit de l'être qui n'avait pas de coeur, pathétique ironie que vivait le Simili dès qu'il existait sans son Autre.
Naminé se trouvait-elle vraiment ici? Avait-elle réussi elle aussi à se libérer de son Autre?
Roxas se remit à avancer à la suite du Madd Hatter en restant concentré sur les paroles qu'il tentait d'entendre. Il fallait dire que son espoir initial avait été rapidement remplacé par une certaine méfiance. Si la propriétaire de la première voix s'avérait être la Simili de Kairi, alors qui se trouvait avec elle? Le jeune au regard de saphir espérait que ce ne soit pas DiZ. Enfin, n'était-il pas déjà mort?...
Aucune importance.
Le Chapelier Fou et le possesseur de la Keyblade se trouvèrent enfin devant la porte d'où provenait les bruits : la chambre blanche de Naminé. Madd Hatter sembla toutefois inquiet et laissa à Roxas la 'tâche' d'ouvrir la porte en ajoutant qu'il y avait deux personnes.
Le Simili répondit d'un léger hochement de tête et prit la poignée de sa main gauche. Sa main droite resta libre au cas où il devrait invoquer rapidement son arme pour se défendre de toute attaque potentielle. De l'autre côté, il n'entendait plus que la voix masculine, une voix qu'il ne reconnaissait pas. Finalement, le blond ouvrit la porte sans s'annoncer, puis examina les lieux.
La place était identique à ses souvenirs : les dessins, la blancheur immaculée, les rideaux et la table. L'ensemble n'avait l'air que légèrement défraichit.
La première personne que Roxas remarqua fut l'homme ailé dont les vêtements noirs constrastaient avec la couleur de la pièce. Il n'en fallu pas plus au Simili pour que ses instincts acquis pendant son séjour dans l'Organisation ne refassent surface; ses Keyblades, Oblivion et Oathkeeper, apparurent entre ses mains. Réaction un peu trop rapide, puisque c'était lui qui venait d'entrer sans avertissements, sans compter que lui-même pourrait avoir l'air suspect avec son manteau sombre typique des membres de l'Organisation XIII.
La Clé du Destin fut ramené à ses sens en voyant la figure un peu plus au fond de la pièce. C'était vraiment Naminé, avec ses cheveux blonds, sa robe blanche et ses yeux tristes. Il abaissa ses armes, sans toutefois les faire disparaître - il n'était pas aussi inconscient - et son regard couleur de l'océan prit à la fois une expression d'étonnement et de fascination. Les chances de retrouver la blonde ici s'étaient avérées si minces dans l'esprit du garçon qu'il ne s'était même pas attendu à la voir pour de vrai.
C'est pourquoi, la seule chose que Roxas eut l'esprit de dire fut un brillant :


Naminé, toi aussi...?

Ce qui, en fait, ne voulait dire quelque chose qu'à lui-même. Du moins, pour le moment. L'ancien numéro XIII jeta ensuite un coup d'oeil du côté de Madd Hatter, avant de se tourner vers l'être ailé. Ses deux Keyblades restèrent dirigées au sol pour ne pas que l'autre croit qu'il désirait se battre. Le Simili se défendrait si besoin était, mais il ne déclencherait pas - plus - la bataille qu'il ne l'avait déjà fait.

On ne dérange pas trop j'espère?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 14 Jan - 17:13

Des intrus pénétrèrent alors dans la pièce, interrompant mon entrevue avec Naminé... Des intrus? On pouvait en dire autant de moi, de nous tous en fait: nous ne semblions vraiment pas appartenir à ce monde tous autant que nous étions. Le premier à être entré portait une large manteau noir en cuir et avait dégainné deux armes: deux Keyblades. Etait-il un maître de la Keyblade? D'après les données que mon créateur m'avait implanté dans ma mémoire, les Maître de la Keyblade serait d'une grande puissance, leurs armes elles-même seraient une grande source d'énergie.
Une autre personne était derrière lui, toutefois je ne réussissais pas à le voir. Etrangement je ressentais sa présence... Ce n'était pas un Simili... Un humain?... Le jeune garçon prit la parole en disant quelque chose qui ne semblait pas vouloir dire grand chose:


Naminé, toi aussi...?


Manifestement ces deux êtres étaient semblables, et se connaissaient de surcroit. Ce garçon m'évoquait vaguement quelque chose... Ce manteau noir... Un simili... Plus j'y réflechissais, plus je me rapprochais de la solution: il faisait partie de l'Organisation XIII! Cependant, il me semblait qu'elle n'existait plus... Peut-être cet être du néant gardait-il ses habitudes. Tout en baissant ses armes, ce blondinet me demanda:

On ne dérange pas trop j'espère?

... Tu es un membre de l'Organisation XIII me semble-t-il petit Simili? Que fais-tu accompagné d'un...

Je m'arrêtai net: je venais tout juste de voir son compagnon: un être avec une grande noirceur interne, un être maléfique, un maudit humain! Mes pulsions meutrières commençaient à monter en moi... J'en oubliai le reste, cette fille, ce garçon... Mais pas cet humain!
Ivre de rage je m'élançai droit sur lui, projetant au passage la jeune fille contre le mur et l'ex membre de l'Organistaion XIII sans vraiment le vouloir avec mes ailes. J'attrapai au vol cet être aux habit fort étrange et le plaquai au plafond de la vaste salle d'entrée. Ils n'avaient pas eu le temps de réagir et je m'apprétais à empaler ce garçon en transformant mon bras en pieux grâce au Néancite. Toutefois, aveuglé par ma rage, je n'avais pas ressentis que le jeune blondinet c'était rapidement rattrapé et était à présent à ma hauteur. Me surprenant, il m'asséna un coup qui m'envoya droit en bas, m'encastrant brièvement dans le décor. Je m'écriai alors:


HUMAIN!!!! TU VAS CREVER!!! PREPARE-TOI!!!


Je fonçai alors droit sur eux, eux qui venaient tout juste de se rétablir sur le sol, ne voulant pas leurs laisser un instant de répit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 14 Jan - 20:08

Nous étions entré dans la salle blanche... Et je sentis une puissante force de ténèbres... Il y avait deux personnes ; une espèce de gamine blonde avec une robe blanche, ses yeux bleus comme ceux de Rox'. Elle émettait une aura étrange... Et pourtant... Elle semblait tout à fait normale! Mais je remarquais alors que je n'entendais pas son coeur battre. Un autre être sans coeur comme Roxas, un simili donc. Je tournais ma tête et vis la cause de ce nuage ténébreux qui semblait flotter dans la salle : un être tout vêtu de noir, ses yeux sombres, son regard noir, tout autant que ses cheveux. Mon coeur se mit à battre très vite, cet être était une immense menace rien que par sa nature ; ce n'était absolument pas un humain.
Il sembla que nous venions de couper leur discussion, le contraste entre ces deux êtres était hallucinant... Je me demandais si nous avions eu tord de rentrer ainsi... Je pris peur... Mais Roxas s'avança banalement, armes à la main. Il vit la fille et instantanément ses armes disparurent.
Pas très intelligent comme mouvement... Pensais-je, car il restait la menace ténèbreuse.

Naminé, toi aussi...?

Ah... Alors c'était elle qu'il cherchait. Bon eh bien je n'avais plus rien à faire ici moi! La présence de cet être noir me rendait si nerveux! L'impression d'être en face de la mort en personne me hanta.
On ne dérange pas trop j'espère.

Mon coeur se figea. Je vis l'être noir analyser mon compagnon. Je restais caché derrière la porte du mieux que je pus... Mais je sentis les yeux de l'inconnu sombre sur nous tous.

... Tu es un membre de l'Organisation XIII me semble-t-il petit Simili? Que fais-tu accompagné d'un...

Non je n'allais pas hurler comme une fille et non je ne m'enfuirais pas... C'était ce que je me disais pour montrer que j'étais quand même assez fort. Cependant durant un instant où j'inspirais un souffle d'air, je le sentis se raidir. La salle fut entièrement calme, juste comme avant une tempête...

Oh et puis pourquoi je me retrouvais toujours dans de telles situations? Pourquoi MOI!

L'être sombre se jeta en avant en poussant violement la fille contre un mur, puis Roxas aussi. C'est alors que je me rendis compte que cet être avait des ailes noires... Les deux "enfants" avaient été repoussés d'une telle force! Comment des ailes pouvaient-elles faire ça?! Ma respiration se bloqua dans ma gorge à la vitesse de l'individu. Il m'attrapa par la gorge et je fermais les yeux par réflexe.

Autant je n'aimais pas me battre, autant ce monsieur-là allait se faire maraver la face!

Il me plaqua si violement au plafond que ma respiration sorti de mes poumons dans un "wooosh". Le temps d'ouvrir les yeux, je vis que nous avions changé de salle. En si peu de temps? S'était-il téléporté ou était-il simplement sorti en courrant? Je ne pus me poser une question de plus... Et puis quoi? Il faut bien se poser des questions dans ce genre de situation!
Je vis Roxas arriver du coin de mon oeil pendant que mon adversaire sembla préparer une attaque. Mon compagnon envoya l'être valser puis s'écraser dans le décors. Une fois bien encastré dans un mur de la pièce, il hurla :

Humain!!!! Tu vas crever!!! Prépare-toi!!

[justify]Tout ce que je pus penser à ce moment-là était un mot tout à fait vulgaire que je ne citerais pas - évitons plus de dégâts... L'être se releva alors, ne nous laissant aucun moment de répit. Pourquoi avais-je des émotions...? Je tremblais de tous mes membres, le froid de la peur glissant dans mon dos en un frisson. Je ne voulais pas me battre... Je n'aimais pas le battre... J'étais pacifiste quoi! Pourquoi tout le monde voulait me tuer ou m'enfermer?! Enfin bon, il fallait que j'agisse sans tarder.
Je fis apparaître une carte de métal dans ma main et la jeta sur lui. Malgré mon naturel pacifiste et maladroit, je réussi à le toucher sur le côté de la joue, laissant une nette ligne rouge. Je souriais ; j'étais naturellement chanceux aussi!

Je lançai un paquet de cartes devant moi, celles-ci, je le savais, étaient explosives ; si il marchait dessus, il exploserait. Cela ne sembla pas l'empêcher de les esquiver : bon d'accord je suis maladroit quand il s'agit de lancer des cartes au sol, mais j'avais encore une chance de le faire en toucher une. Il sauta au dessus du champ de mines. Je poussais Roxas hors de son chemin et me décallai par la même occasion. Je n'étais pas sûr si je devais prévenir Roxas de ne pas marcher sur les cartes, mais je priais pour qu'il comprenne qu'il ne fallait pas le faire.
[color=black]J'avais esquivé l'attaque de face de mon adversaire mais me pris le revers de son bras dans la nuque ; je tombais en avant et vis une carte. Immédiatement je posais mes mains au sol et fis une roue, puis une autre, roulant vers un endroit où il n'y avait pas de carte... Heureusement que j'étais souple!

Une fois en sécurité, il me prit un instant de vouloir boire du thé ; alors je fis apparaître une chaise et sortis une tasse de sous mon chapeau. Je bu à l'aise un moment, puis me rendis compte que j'étais toujours en combat. Que je n'aimais pas combattre! Je soupirais en me levant. Je lançai la tasse de thé encore pleine et la chaise colorée sur l'être noir. Bah quoi? Il faut faire avec ce qu'on a!



[center]Eh le cleps! Couché!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Ven 15 Jan - 8:35

Pendant un instant, Roxas attendit une réaction de la part de l'être ailé en face de lui, Oathkeeper et Oblivion bien en vue mais toujours orientées vers le sol. L'étrange garçon aux accoutrements noirs n'avait pas l'air surpris par l'arrivée du Simili et de Madd Hatter, seulement un peu... intrigué. Alors que le blond s'apprêtait à parler pour faire avancer les choses, l'inconnu le devança.

... Tu es un membre de l'Organisation XIII me semble-t-il petit Simili? Que fais-tu accompagné d'un...

Roxas se raidit et fronça les sourcils. Cette personne connaissait l'Organisation XIII, il avait reconnu le manteau habituel des membres du groupe de Similis. Cela voulait-il dire que, malgré la victoire de Sora des années auparavant, certains de ses anciens compagnons de bataille vivaient encore?
Devait-il être soulagé pour eux ou inquiet pour sa sécurité?
Sa conscience lui répondit qu'il ne pouvait être ni inquiet, ni soulagé, car il n'avait pas de coeur. Mais le jeune ressentait, peu importe ce que les autres affirmaient à propos des Similis et des coeurs. En revoyant Naminé, il avait perdu ses doutes quant à sa capacité à ressentir des émotions; il le pouvait comme n'importe quelle autre créature dotée d'un coeur à elle. Un mystère de plus dans son existence déjà envahie d'intrigues.
Retournant à la réalité, Roxas vit que l'être devant lui dévisageait la personne qui se trouvait en retrait : Madd Hatter. Ses traits arboraient une expression de pure haine. Le jeune maître de la Keyblade n'eut pas le temps de se poser plus de questions parce que l'étranger fonça droit vers le Chapelier, envoyant valser au passage les deux Similis présents avec la seule force de ses ailes.
La Clef du Destin percuta le mur avec violence et en échappa ses armes. Sonné, il resta immobile le temps de reprendre ses esprits puis se dirigea vers Naminé. Elle avait perdu connaissance, mais sinon rien de cassé. Heureusement. Il reprit donc ses deux Keyblades et s'élança vers celui qui s'en prenait maintenant à son compagnon de voyage. Utilisant uniquement Oblivion, Roxas prodigua un puissant coup sur l'épaule du garçon ailé qui fut projeté plus loin avec fracas. L'ancien numéro XIII crut avoir mit KO l'attaquant pour un bon moment, cependant qu'il avait tort. Le jeune homme aux ailes sombres revint à la charge en criant que quelqu'un allait crever - Un humain, et donc Roxas devina que celui à qui revenait la menace était Madd Hatter. Surtout puisque c'était lui qui était visé lors de la première attaque.
Le blond au regard couleur de l'océan prit sa position de bataille habituelle, armé de ses deux fidèles armes, sans faire attention aux tremblements du grand chapelier qui se trouvait près de lui. Enfin, jusqu'à ce qu'un objet éclatant sous l'éclairage de la pièce ne blesse l'homme aux cheveux noirs. Il regarda Madd Hatter manipuler ses cartes un peu à la manière de Luxord. L'étrange chapelier bouscula légèrement l'ex-membre de l'Organisation hors du chemin du troisième combattant avant que Roxas n'ait le temps d'utiliser ses Keyblades pour se défendre. Le Simili resta sur la défensive; ce n'était pas vraiment son style, lui qui préférait attaquer avec rapidité et agilité, mais il devait faire attention où il mettait les pieds à travers les cartes du Chapelier... Ce n'était sûrement pas d'inoffensives cartes à jouer.
Il garda son regard fixé sur l'inconnu tout de noir vêtu de façon à prévoir une nouvelle attaque et ainsi contre-attaquer efficacement. Cependant une chaise et une tasse s'envolèrent vers l'être ailé, surprenant le jeune qui regarda dans la direction d'où venaient les projectiles. C'était Madd Hatter, évidemment, et qui plus est lançait une pique à son adversaire.


- Le moment est mal choisi pour prendre le thé, qu'on s'en serve ou non comme arme par après, marmonna Roxas pour lui-même, mais assez clairement pour que les autres occupants de la pièce puissent entendre le commentaire.
- Que faisais-tu avec Naminé? demanda-t-il ensuite à leur opposant. Bon, il n'avait pas espoir d'obtenir une réponse alors qu'ils étaient en plein milieu d'une bagarre, mais la question lui brûlait les lèvres depuis son arrivée dans la pièce blanche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Dim 17 Jan - 20:20

Durant ma charge impétueuse, cet être impie eut toutefois le temps d’envoyer une carte m semblait-il droit sur moi. Je n’y prêtais pas attention, jusqu’à ce qu’elle me taillade légèrement le visage. Ses cartes étaient plus solides qu’elles ne paraissaient et étaient aussi très tranchante. Son compagnon avait une garde, pour parer une éventuelle attaque. Soudain, le porteur de ce qui me semblait un chapelier lança tout un paquet de cartes dans ma direction, cartes que j’évitai sans grand mal. Aussi pensais-je qu’elles n’étaient certainement pas lancées au hasard, je devais vérifier : je fonçai droit sur le Lanceur pour le frapper. Ce dernier eut tout juste le temps d’éviter mon coup, toutefois je réussi à le toucher, le faisant tomber vers ses cartes, cartes qu’il prit soin d’éviter. Ainsi ces cartes étaient bel et bien dangereuses… Du moins le pensait-il. Des cartes explosives je pense.
Par contre la réaction du Chapelier me surpris quelque peu : il fit apparaître une table et une chaise pour boire un liquide que j’identifiai comme étant du thé, légèrement remanié, personnalisé en somme. Etait-il en train de se moquer de moi ou était-il tout simplement fou. Finalement cet être abject se rendit compte que nous étions toujours en combat et m’envoya sa tasse de thé et sa chaise droit sur moi, ce qui n’eut que l’effet d’entacher mes vêtements, et me dit :


Eh le clebs ! Coucher !

Le moment est mal choisi pour prendre du thé, qu’on s’en serve ou non comme arme après.
Que faisais-tu avec Naminé ?
lança le pseudo maître de la Keyblade.

Ainsi tu es vraiment attaché à cette fille, ou plutôt à ce Simili. Comment pourrais-tu avoir de l’attachement alors que tu ne possèdes pas de cœur ? La concernant… Elle allait soit rejoindre le clan des Destructeurs, soit mourir. Manifestement elle avait plutôt choisi la seconde option avant que vous ne veniez perturber ce tête à tête. Je m’occuperai de son cas plus tard, une fois cet être abject, cet humain impie annihilé.


Une fois mes paroles dites je me postai au dessus du paquet de cartes, mes adversaires attendaient une occasion de passer à l’offensive. Je lançai alors :

Je pense que ça fera un très beau feu d’artifice.


Et avant qu’ils ne comprennent où je voulais en venir, le Néancite s’échappa de mon corps sous la formes d’innombrables pics pour percuter les cartes au sol, provocant ainsi une grande explosion. Le Néancite me protégeait des dégâts causés par cette dernière ; mes adversaires étaient sonnés et dans une épaisse fumée où nul ne pouvait voir, tous sauf mon précieux parasite. Sa vision était basé sur les émotions, ainsi était-ce inefficace contre les Similis, toutefois pas contre cet humain. Mon allié me guida droit sur cette hideuse créature qui venait à peine de se rétablir. Obstruant sa bouche et ses narines et ligotant ses membres en se solidifiant, le Néancite l’empêchait de communiquer et même de bouger. Je lui chuchotai alors :

Maintenant, tu vas mourir. J’aurais pris beaucoup de plaisir à te tuer lentement, toutefois je dois encore m’occuper de ton ami. Cette mort sera heureusement pour toi la plus douce que je puisse offrir. Crève !


Ma main se transforma à nouveau en pic. La terreur se lisait sur son visage, une terreur dont je me délectais. Je l’empalai alors, mais il réussi à se tortiller de manière à ce que mon coup ne lui soit pas fatal : mon pic l’empala vers les côtes et non son cœur. J’allai de nouveau l’empaler quand son compagnon intervint en me projetant à l’autre bout de la pièce et en envoyant sa deuxième Keyblade droit sur moi. Loin de moi, les parties du Néancite sur l’être humain se tarirent et partirent en poussière, laissant l’être humain libre de ses mouvements.
Je me relevai alors sans grande peine, puis je léchai le sang de ma victime encore sur mon pic tout en souriant sadiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Lun 18 Jan - 18:45

Le moment est mal choisi pour prendre du thé, qu’on s’en serve ou non comme arme après. Que faisais-tu avec Naminé ?
Ah? Je gênais en buvant du thé? Bah tant pis, j'avais besoin de ma tasse de l'heure, et ce n'est pas facile de ne pas être tenté par quelque chose de si agréable que le sang...

Ainsi tu es vraiment attaché à cette fille, ou plutôt à ce Simili. Comment pourrais-tu avoir de l’attachement alors que tu ne possèdes pas de cœur ? La concernant… Elle allait soit rejoindre le clan des Destructeurs, soit mourir. Manifestement elle avait plutôt choisi la seconde option avant que vous ne veniez perturber ce tête à tête. Je m’occuperai de son cas plus tard, une fois cet être abject, cet humain impie annihilé.

Bien, une conversation se faisait sans moi... parfait, cela ne me dérangeait pas plus que ça... Sauf quand cet être me prit de nouveau au coeur de la conversation, qui devint rapidement plus très diplomatique... Des piques immenses apparurent et firent exploser mes cartes ; il était suicidaire? Eh bien le pire était que non... L'explosion suprimma toute visibilité, et de plus, les piques dégagèrent des ténèbres... Je regardais du mieux que je pouvais. Dans cette fumée, personne ne pouvait voir, sauf, visiblement, et être des ténèbres... Mon coeur pompa un instant et j'étais au sol, ligoté et pouvais difficilement respirer... Je le vis au dessus de moi en un instant, ses cheveux noirs glissant sur ses joues pour laisser un visage intact et blanc, sauf pour la coupure que je lui avait laissé. Mon coeur battait si vite... Des frissons me parcouraient à intervalles irréguliers, me rendant très mal à l'aise. Je tremblais de tous mes membres, de la sueur glissait de mon front et je sentais mes mains devenir moites. Je ne pouvais plus bouger, plus parler... J'allais mourir, sans même comprendre... Je venais à peine de sortir de ma misère précédente, que j'étais de nouveau face à un mort imminente... Mais zut quoi! Où était la justice dans tout ça?! Si il y avait un dieu sur cette terre, il ne devait pas m'aimer.

Maintenant, tu vas mourir. J’aurais pris beaucoup de plaisir à te tuer lentement, toutefois je dois encore m’occuper de ton ami. Cette mort sera heureusement pour toi la plus douce que je puisse offrir. Crève !
Il visait mon coeur... J'allais mourir... Mon visage se tordait de détresse, mon coeur battait sans répi, tous les poils de mon corps s'érissèrent. NON! Je me décallais juste à temps pour retrouver le pique planté dans ma cage thorasique, je sentais déjà le liquide chaud glisser de ma bouche et par le trou, mais le coeur n'avait pas été touché... En revenche, mon poumon en avait prit un bon coup. Son sourire ne disparut néanmoins pas... Cette fois-ci il allait faire bien attention à ne pas me laisser bouger... Peut-être aurait-il fallu que je meurs maintenant... La douleur me torturait. Mais lorsque je vis qu'il leva le pique de nouveau vers moi, je fermais les yeux et ne pensais qu'à une personne : Axell... Cet être si pur, si gentil... Il était mort à la guerre... Et son, frère, Xess, tout le contraire en apparence, mais avec un coeur encore plus fragile qu'aucun de nous... Si facilement enrâgé, haineux... Dans un désespoir si profond à certains moments... Je ne l'avais jamais revu depuis qu'il était reparti chercher son frère... Axell avait été retrouvé mort, mais Xess? Dieu seul savait...
Pourquoi je divaguais ainsi? Parce que j'allais mourir... Seulement une petite partie de ma vie avait défilée devant mes yeux lorsque je me rendis compte que Roxas avait fait valser l'assassin noir. Le temps que je puisse me relever, l'autre était déjà debout.
Une main sur le trou dans ma cage thorasique, l'autre sur un mur. Ce qui m'avait ligoté avait disparut en même temps que cet être était parti à l'autre bout de la salle. Roxas était arrivé à mes côtés, je levais mon pouce vers lui.
Merci Rox'... Moi je dis qu'il serait temps qu'il disparaisse lui... Tu ne crois pas?
Je vis l'autre lever son pique, qui était, je le voyais maintenant, son bras. Il lècha le bout en me souriant, mon sang tachait ses lèvres, les yeux noirs d'excitation.. Ce combat ne faisait que commencer...
Je fis apparaître des cartes dans ma main et enlevais l'autre de ma blessure. Autant ça faisait mal, autant je me disais que cela pourrait être pire, et que cela le serait si je ne le tuais pas maintenant.
Je lui lançais les cartes, rapides comme des balles. Certaines ne le touchaient pas, mais je vis bien que son manteau était déchiré et qu'il était blessé... Mais mes cartes ne pouvaient pas le percer comme lui le faisait... Alors je décidais d'utiliser ma propre magie, quitte à mourir en combattant!
Je fis apparaître mon batôn et sautais vers lui, canne sous le bras, lançant d'autres cartes. Il me vit arriver en souriant ; il fallait que je fasse vite, et que j'attaque le premier.
Et que se passe-t-il quand on est stupide comme moi et qu'on court alors qu'on a un trou dans le poumon? Eh bien la blessure ne faisait qu'empirer et d'autres muscles se déchiraient dans l'effort. Je hurlais de haine et de rage en chargeant. Je lançais d'un coup mn baton qui atterit droit et net dans son épaule; il avait passé son temps à esquiver mes cartes et dans le processus, je lui avait lancé ma canne... Pas très dur à comprendre, non? Je ne cessais cependant pas de courir vers lui, crachant du sang à mon passage. Une fois en face de lui, je me jetais dans les airs et lui donnais un coup avec les deux pieds dans le torse [genre dans le deuxième x-men]. Cependant, mon coup étant mal calculé, et moi ayant deux mains gauches, j'atterissais au sol sans pouvoir m'ammortir... Je hurlais en touchant le sol. Mon adversaire, malgré lui, avait frappé violemment le mur derrière lui. Je me relevais tout en douceur, regardant des fissures se former derrière lui. Une main sur ma blessure, je le regardais se relever.
Il est immortel ce type... pensais-je. Enfin, moi aussi dans ce cas, mais il devrait quand même être assommé!
J'avais décidément mal choisi mon adversaire, ou plutôt, dans ce cas, j'avais été mal choisi... Il avait fait un choix à son avantage, ce qui était normal... Eh bien tout ce que je pouvais faire maintenant, était d'espérer que Roxas avait encore des cartes dans son jeu.
Eh bien, être des ténèbres, tu te bats bien pour un lombric... hâte de voir ce que tu sais faire d'autre!
C'était moi où je demandais la mort? Sans doutes, mais dans ma nature déplacée, j'aimais bien taquiner les gens... Même en cas de vie ou de mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 21 Jan - 7:11

Ainsi tu es vraiment attaché à cette fille, ou plutôt à ce Simili. Comment pourrais-tu avoir de l’attachement alors que tu ne possèdes pas de cœur ? La concernant… Elle allait soit rejoindre le clan des Destructeurs, soit mourir. Manifestement elle avait plutôt choisi la seconde option avant que vous ne veniez perturber ce tête à tête. Je m’occuperai de son cas plus tard, une fois cet être abject, cet humain impie annihilé.

À ces paroles, les poings de Roxas se refermèrent plus fermement sur les manches d'Oblivion et de Oathkeeper. Cet être avait menacé de mort Naminé? Le blond avait déjà perdu Xion et Axel, il ne laisserait pas ce nouvel adversaire lui enlever la jeune Simili en plus. Peu importait ce que les autres penseraient à son sujet; qu'il était une curiosité de la nature ou qu'il ne faisait que feindre ses émotions. Car ce n'était pas le cas. Le feu qui brillait dans son regard bleu océan était tout sauf l'ersatz d'un sentiment. C'était de la détermination à son état le plus pur. Il se retourna pour voir l'état de Naminé qui reposait dans un coin de la pièce. Rien n'avait apparemment changé de son côté.
Soudainement, des pointes géantes émergèrent du sol et firent exploser les cartes de Madd Hatter dans un nuage de ténèbres tout sauf naturel. La matière noire priva le maître de la Keyblade de sa vision, mais rien d'autre ne l'affecta. Il pouvait toujours se diriger avec son ouïe seulement. Un chuchotement lui indiqua le chemin à suivre. Puis, sa vision revint juste à temps pour découvrir l'être ailé empaler le Chapelier Fou.
Un éclair de colère fit réagir Roxas avec force et rapidité; il jeta sur son adversaire sa Keyblade Oathkeeper avant de la rattraper alors qu'elle lui revenait à l'instar d'un boomerang. Le coup ne sembla pas affecter énormément la créature inhumaine puisqu'il se relevait avec un sourire sadique. Le jeune Simili se préparait à réattaquer, cette fois-ci au corps à corps, quand la voix de son compagnon de voyage retentit près de lui.


Merci Rox'... Moi je dis qu'il serait temps qu'il disparaisse lui... Tu ne crois pas?

Le blond répondit d'un bref hochement de tête. Il fallait mettre un terme à la bataille, si seulement pour soigner la blessure du chapelier. Ce dernier lança à nouveau ses cartes avec une rapidité surprenante. Cependant, lorsqu'il s'élança vers leur ennemi, Roxas voulut l'avertir que ce n'était pas une bonne idée avec sa plaie dans la cage thoracique. Le Simili ne put que regarder la bataille qui se déroulait sans lui, avant de se décider à prendre sa place dans la confrontation.
L'être sombre venait de frapper le mur sous la force du chapelier alors que le blond s'élançait, ses deux armes prêtes à frapper dès qu'il serait assez près de sa cible. Son adversaire esquiva le premier coup de Oathkeeper mais Roxas réussit à le toucher avec Oblivion.


- Je ne te laisserai pas faire plus de mal à Naminé et Madd Hatter que ce que tu as déjà fait!

Les coups de Keyblades tombaient comme une pluie mortelle, or l'être ailé réussissait à parer ou esquiver la plupart des coups. Parmi la vingtaine que Roxas avaient décochés les uns à la suite des autres, seuls quelques uns touchèrent la cible.
Le jeune être sans-coeur se recula dans un saut agile puis se plaça devant le chapelier le temps de reprendre son souffle. Il releva ensuite ses armes devant lui, à la fois pour se défendre et pour relancer une salve de coups si l'opportunité apparaissait.


- Si tu veux encore te battre, viens affronter un adversaire de ton calibre!

Il n'allait pas perdre plus de personnes qu'il avait déjà perdu. Les souvenirs de sa première mission avec Axel, le jour où ils avaient acheter pour le première fois des glaces au sel de mer; l'interminable attente du retour du numéro huit alors qu'il était dans le Château Oblivion; son sacrifice vu à travers les yeux de Sora. Puis il y avait Xion, celle qui avait décidé de trouver la vérité sur son identité, peu importe si cette connaissance lui coûtait qui elle était. Roxas avait dû la vaincre pour sauver sa propre peau. La douleur de ces pertes - une douleur qu'il ne devrait pas ressentir puisqu'il n'était qu'un Simili - restait trop importante dans son esprit pour revivre une chose pareille.
Cette fois-ci, il n'abandonnerait ni Naminé ni Madd Hatter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Sam 23 Jan - 13:51

L’excitation du combat commençait à enivrer mes sens. Je savais une chose : lorsque je commençais à devenir ainsi, je ne sentais plus la douleur. Je pense que le Néancite y est pour quelque chose, mais en tout cas, plus rien ne m’arrêterai. De plus le Néancite soignait plus ou moins mes plaies à sa manière. J’étais pour ainsi dire indestructible, tout du moins en apparence. Cet alors que cet humain, cet être impie tenta une attaque : il m’envoya une flopée de cartes dont les bout étaient tranchants, cependant mon cher parasite fut cette fois ci prévoyant et se solidifia aux endroits qu’il fallait, empêchant toute blessure ; seuls mes pauvres vêtements en avaient pris un coup. Puis cet être étrange tenta une attaque vaine, si vaine que j’en souriais déjà : il me frappa avec une sorte de bâton, je ne ressentis même pas le coup tellement il était faible. Mon assaillant enchaîna alors avec un saut et me frappa avec ses deux pieds : il se réceptionna mal, aggravant sa blessure, blessure déjà bien aggravée par ses actions. Toutefois son coup était assez puissant pour m’enfoncer dans le mur, mais le choc fut aisément encaissé grâce à l’être qui m’habitait. Cet humain me lança alors, pendant que je me relevais :

Eh bien, être des ténèbres, tu te bats bien pour un lombric... hâte de voir ce que tu sais faire d'autre!


Etait-il fou ? Très certainement. Alors que j’allai m’occuper de son cas, son compagnon intervint alors : ce pseudo-maître de la Keyblade tenta une première attaque que j’anticipai, mais réagit rapidement pour m’asséner un second coup qui me toucha. Il me dit alors :

Je ne te laisserai pas faire plus de mal à Naminé et Madd Hatter que ce que tu as déjà fait!


Sur ces paroles, ce petit Simili m’envoya une rafale de coups donc je pus parer ou éviter la plupart. Les seuls qui réussissaient à passer au travers de ma défense m’infligèrent des blessures dont je ne pouvais savoir la gravité étant donné mon état. Cette salve d’attaque semblait l’avoir quelque peu épuisé, il se mit alors devant son compagnon, prêt à repousser un autre assaut tout en disant :

Si tu veux encore te battre, viens affronter un adversaire de ton calibre!


Un adversaire de mon calibre ? Même à eux deux, je les mettais en déroute. Quelle pathétique créature, protéger un être impie… Je lui aurais laissé la vie sauve mais là… Au vue de sa garde, ce ne serait certes pas facile de passer au travers… Peu importait les moyens, je les annihilerais tous les deux… Même elle… Je leurs lançai alors :

Ainsi tu penses être de mon calibre ? Tu n’es qu’un pathétique pseudo maître de la Keyblade, une coquille vide qui plus est. Penses-tu sincèrement faire face à nous trois ? Nous allons te prouver ton impuissance : je suis le Messager Funeste ! M’affronter est signe de défaite et de mort pour mes ennemis !


Une fois mon discours terminé, je fonçai droit sur le blondinet qui m’attendait de pied ferme. Ce dernier m’asséna un coup avec ses armes, coup que j’évitais et j’en profitai pour prendre ses armes en main, espérant le désarmer. Mais ses Keyblades revinrent dans ses mains en disparaissant des miennes. Une capacité forte intéressante et contrariante aussi.
Je devrais donc passer à la vitesse supérieur si je voulais les anéantirent tous les deux. Le Néancite fabriqua alors deux énorme épées que je pris chacune dans une main tout en libérant la noirceur de mon cœur, noirceur grandissante en présence d’humains. Cela impressionna sans doute mes adversaires car l’Homme semblait vraiment tétanisé, j’esquissai alors un sourire de satisfaction. Aussi décidais-je de m’en prendre à lui en premier en frappant avec mes deux lames vers le bas. Ce coup l’aurait atteint si son compagnon n’avait pas paré mon attaque, cependant il venait aussi de se prendre un coup au niveau de son dos et de ses épaules à cause du choc. Sans crier gare, je fis en sorte que le Néancite émerge de mon corps pour l’empaler, mais il fut assez vif pour que son épaule droite ne soit qu’éraflé, mais pas son épaule gauche. J’allais de nouveau tenter de l’empaler, mais son compagnon venait de se ressaisir et me frappa avec sa canne en plein visage. Je ne l’avais vraiment pas vue venir ; profitant de cet instant, le membre de l’Organisation réussi à m’asséner une dizaine de coup, puis recula pour laisser la place à son compagnon qui me lança une carte explosive droit dessus me renvoya une nouvelle fois dans le mur.
Mon sang, mon propre sang dégoulinait sur mon visage et sur une bonne partie de moi. Le sourire s’effaça de mon visage pour laisser place à la haine. La haine pure et destructrice s’empara de moi. Ils venaient d’éveiller en moi quelque chose qui n’aurait pas du s’éveiller. Seule la destruction comptait maintenant. D’une voix puissante je jurai :


Misérables vermisseaux… Je vais en finir une bonne fois pour toute avec vous, avec cette planète ! VOUS AURIEZ MIEUX FAIT DE CREVER TOUT DE SUITE VOUS VENEZ DE CONDAMNER TOUT CE MONDE !


La purge de ce monde allait maintenant commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mar 26 Jan - 0:59

La peur m'envahit, alors que je vis l'être ténèbreux se préparer pour une nouvelle attaque. Cependant, Roxas fut le plus rapide des deux se mit à l'attaquer, faisant des combos. Peu atteingnaient l'ennemi, mais ce qui le touchaient laissaient tout de même des marques.
Si Roxas n'avait pas été un simili, j'aurais largement supposé qu'il serait enragé, d'où les cris de mon ami.
Je ne te laisserai pas faire plus de mal à Naminé et Madd Hatter que ce que tu as déjà fait!
L'attaque sembla affaiblir Rox', mais l'être des ténèbres n'en semblait pas plus blessé... Que pouvait-on faire...? Roxas recula un instant, reprenant son équilible. Bon sang on allait pas faire long feu...

Si tu veux encore te battre, viens affronter un adversaire de ton calibre!
Tout à fait Roxas... Et QUI ?
Ainsi tu penses être de mon calibre ? Tu n’es qu’un pathétique pseudo maître de la Keyblade, une coquille vide qui plus est. Penses-tu sincèrement faire face à nous trois ? Nous allons te prouver ton impuissance : je suis le Messager Funeste ! M’affronter est signe de défaite et de mort pour mes ennemis !

Le Messager Funeste? J'avais entendu parler d'un charlatan qui se disait le messager de la fin de tous les mondes... Cet être était-il sérieux?
Il fit qu'un coup apparaître des épées au bout de ses bras... Son corps entier dégageait des ténèbres... La crainte m'envahit... J'avais si peur... Je tremblais, noyé de terreur. Je fermais alors les yeux, tentant de reprendre une respiration normale. Je visualisais alors le visage d'Axell. Celui-ci souriant, ses yeux bleus ciels, doux... Je ne pus que sourire en réponse à ce visage si calme et heureux...
Mais c'est alors que je fus rappelé à la réalité... L'être des ténèbres avait lancé une attaque que j'aurais dû recevoir de plein fouet, sauf que Roxas se mit entre nous et parra l'attaque. Mon coeur eu à peine le temps de s'en remettre que Roxas fut repoussé et l'être des ténèbres allait l'empaller. Cette vitesse inhumaine ne pouvait que me mettre en retard, mais Rox fut plus rapide et ne reçu qu'une eraflure. Je profitais de cet instant pour frapper l'ennemi avec ma canne, avant qu'il ne blesse de nouveau le simili. Celui-ci se reprit et attaqua à l'aide de ses deux keyblades. La rafale de coup lui fut portée et je profitais de cet instant de faiblesse pour lancer une carte explosive sur mon ennemi.
L'ennemi envoyé dans le mur, je souriais. L'être qui avait sourit en nous attaquant, avait un visage grimaçant... Il nous regarda, enragé, meurtrier... La satisfaction que j'avais ressenti s'effaça légèrement pendant que l'adversaire se relevait... Une noirceur sans nom émanait de son corps...
Misérables vermisseaux… Je vais en finir une bonne fois pour toute avec vous, avec cette planète ! VOUS AURIEZ MIEUX FAIT DE CREVER TOUT DE SUITE VOUS VENEZ DE CONDAMNER TOUT CE MONDE !

Crever? Moi? Hors de question! Je sentis mon coeur accélérer, mes mains devenir moite. Ce n'était pas par peur... Mais par une sorte de joie indescriptible... Je sentis un nouveau flux magique s'échaper de mon corps... Je fermais les yeux, sentant des vagues de magie autour de moi... Je me mis à sourire.
Montre moi ce que t'as dans le ventre... Démon!
Peut-être avions nous déclanché une nouvelle haine chez cette chose, mais ce combat avait ausi déclanché ma propre haine, et mes sentiments étaient purs, réels... Les siens n'étaient pas ceux d'un humain... Je laissais le flux m'entourer, prenant sa réelle forme... Cette d'une salamandre. Je ne le voyais pas, les yeux fermés, mais je savais que le flux avait prit cette forme. Lorsque j'ouvris les yeux, je vis bien la salamandre, elle était devant moi, de la lumière en émanait. Le propre démon qui sommeillait en moi se réveillait à petit feu... Je sentis des flames glisser d'entre mes dents. Oui, des flames sortaient littéralement de ma bouche. Je sentis mes cheveux se hérisser... Eh oui, dans le processus, j'avais perdu mon haut de forme... Voilà qui me mit un peu en colère. Je souris amplement, le flux magique semblait boucher le creux dans ma cage torasique - pour le moment du moins.
Je me jetais alors sur mon ennemi, et lui aussi en même temps... La colision fut violente, et nous fûmes tous les deux envoyés à chaque côté de la salle. Il semblait aussi avoir une sorte d'invocation... Mais cette chose de fumée n'était pas réellement visible à l'oeil nu... C'était juste une sorte de nuage noir.
Je fus rapide pour me rattraper, le flux m'ayant protégé. J'attrapais alors le bras de Roxas avant que l'autre ne se relève, et murmurais :

Rox', achève-le!
Et puis je le lançais sur lui. Armé de deux Keyblades, il allait largement pouvoir l'assaillir...


Dernière édition par Madd Hatter le Sam 6 Fév - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Ven 29 Jan - 10:44

Roxas sentait l'adrénaline parcourir son corps pour lui donner l'énergie qui serait requise lors de l'affrontement contre l'être ailé. Sa fatigue précédente se dissipa tandis que ses pensées s'éclaircirent en vue des décisions rapides que le jeune au regard saphir devrait prendre en pleine bataille.
Il voulait savoir s'il avait perdu ses habitudes de combat pendant son séjour forcé dans l'esprit de Sora, et voilà que l'occasion de tester ses capacités se présentait. C'aurait été préférable de se battre contre quelques Sans-Coeurs avant de se mesurer à un adversaire aussi puissant que celui qui menaçait Madd Hatter et le blond, mais il fallait faire avec, n'est-ce pas?


Ainsi tu penses être de mon calibre? Tu n’es qu’un pathétique pseudo maître de la Keyblade, une coquille vide qui plus est. Penses-tu sincèrement faire face à nous trois? Nous allons te prouver ton impuissance : je suis le Messager Funeste! M’affronter est signe de défaite et de mort pour mes ennemis!

Le Simili retint une réplique cinglante qu'il aurait bien voulut jeter à leur ennemi dans un accès de colère. Il s'abstint du même coup de lui faire remarquer que c'était lui qui s'opposait à trois personnes à la fois : Roxas, le Chapelier et Naminé - même si celle-ci ne comptait pas vraiment pour le moment... Mais comme l'ancien membre de l'Organisation ne connaissait rien de l'être qui se tenait devant lui, il ne pouvait savoir avec certitude ce qu'il insinuait en parlant au nom de plusieurs.
De toute façon, le temps n'était pas à la discussion; le Clé du Destin attaqua son adversaire qui venait de se jeter sur lui; Malheureusement, il esquiva et désarma Roxas du même coup. D'un geste rapide, ce dernier invoqua à lui ses deux Keyblades qui reprirent instantanément leur place dans ses mains.
L'être ailé s'arma de deux épées faites de ténèbres alors que le visage du blond s'emplit de détermination et s'orna même de l'ombre d'un sourire. Il fallait dire, sa vie s'était annoncée plutôt courte, moins d'un an. Ses amis dans l'Organisation lui avaient donné un sentiment d'appartenance, un but, une raison pour exister. Mais c'était les batailles qui faisait naître en lui l'impression de vivre; rien n'égalait l'effervescence des combats quand venait le temps de prouver son existence au reste du monde.
Tout cela pour dire que Roxas n'allait pas laisser son adversaire s'en prendre à Madd Hatter, visiblement en moins bonne forme. Il s'élança entre les deux garçons et sentit une douleur cuisante à son épaule touchée par une lame. L'ancien numéro XIII esquiva difficilement d'un saut un deuxième coup qui aurait pu lui être fatal, se méritant une autre taillade et ne voyant qu'au passage le chapelier s'apprêter à attaquer leur assaillant. Roxas prit donc cet instant d'inattention de l'autre comme une chance d'offensive puis prépara Oblivion et Oathkeeper dans le but de lancer une série de coups dès qu'il retoucha au sol. Le jeune Simili s'éloigna ensuite de l'adversaire, laissant ainsi la chance à Madd Hatter de jeter une autre de ses cartes. Il considéra sa blessure à l'épaule droite un instant puis, constatant qu'elle n'était pas sévère, retourna son attention dans le combat à temps pour entendre la déclaration de l'être tout de noir.


Montre moi ce que t'as dans le ventre... Démon!

Roxas se tourna vers son compagnon de bataille et découvrit avec surprise une salamandre ainsi que le chapelier transformé. Ils s'opposèrent une fois de plus à celui qui se faisait surnommer le Messager Funeste alors que le Simili attendait une autre faille dans la défense de leur ennemi.
Sa chance arriva au moment où la collision entre les deux entités les fit ricocher de chaque côté de la pièce. Le blond hocha de la tête lorsque Madd Hatter lui demanda d'achever l'être ailé, s'élançant vers celui-ci avec rapidité.
Les deux Keyblades croisées frappèrent de plein fouet l'adversaire du jeune au regard bleu océan alors que celui-ci les décroisa rapidement, infligeant au passage une meurtrissure qui pour plusieurs aurait été synonyme de mort.
Le Simili retomba avec agilité sur ses pieds avant de tourner sa tête du côté de son allié.


- Impressionnant ton dernier coup, lança-t-il en faisant disparaître Oathkeeper pour ne garder qu'Oblivion dans sa main droite.

Les chances étaient faibles pour que le Messager ne réitère ses attaques, mais mieux valait être trop prudent que pas assez. C'est pourquoi son regard saphir ne resta pas longtemps posé sur le chapelier mais retourna plutôt vers le garçon qui ne s'était pas encore relevé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth

avatar

Messages : 45
Age : 25
Localisation : dans le néant

Feuille de personnage
HP:
80/100  (80/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mar 2 Fév - 16:34

La réaction de mon ennemi m'étonna quelque peu, mais cela ne se lisait pas sur mon visage, seuls mes ténèbres, ma haine se lisait sur celui-ci. Cet humain me lança alors:

Montre moi ce que t'as dans le ventre... Démon!


Démon... Oui j'étais très probablement un démon... Mais qu'était-il alors lui? Une sorte de salamandre venait d'apparaître près de lui. Cela semblait amplifier ses capacité... Mais je me contrefichais, seul sa mort importait. Je le vis vaguement changer de coiffure, laissant tombant son châpeau ridicule.
Soudain nous nous précipitions l'un sur l'autre avec une grande fulgurance: le choc n'en fut que plus amplifié, nous projettant tous les deux à une extrémité de la salle. Cependant je fut plus lent à récupérer de cet assaut, mes blessures devaient être plus grave que ce que je m'imaginais; laissant ainsi mon ennemi le temps d'attraper son compagnon et de l'envoyer droit sur moi, ses deux Keyblades en avant. Je ne pus réagir et il m'empalla un peu, puis termina en faisant une sorte de croix sur mon torse. Les blessures qui venaient de m'être infligé m'avaient mis à terre... Je n'arrivais pas à bouger mes membres, j'étais bien plus affaiblis que je ne le pensais... Le froid commençait à m'envelopper, le sommeil me gagnait... Etait-ce la fin? Etait-ce ma fin?...
Non! Je ne me le permettrais pas! Je me débattais intérieurement comme je pouvais à cette poigne mortelle qui m'attirait vers les limbes. Je ne pouvais pas me permettre de perdre, pas maintenant. Le Néancite semblait me soigner du mieux qu'il pouvait, en s'occupant d'abord des blessures graves. Ceci fait je me relevais doucement, à la grande surprise de mes assaillants. Je leur lançais alors:


Hum, ce n'est pas mauvais, mais cela reste insuffisant!


Ma haine me regagnait frénétiquement, me faisant ainsi oublier la douleur. Ainsi le Néancite me créa non seulement deux épées lourdes, mais mon cher parasite créa aussi quatre répliques sombres de ma personne. Je compris vaguement ce qu'il voulait faire: il m'insufflait dans mon esprit ses pensées. Je me préparais à fondre sur mes deux ennemis qui s'étaient remis en garde quand mon hôte me dit alors:

Je porte la Lumière... Darth, ce combat risque de te couter la vie si tu continue, fuis.

Non, je les vaincrais tous autant qu'ils sont!

Ta Haine t'aveugle, je préférerais ne pas avoir à décider pour toi.

Non, je suis lucide, je vais annihiler ces deux êtres impies!

Sur ces paroles je fonçai droit sur le Simili, prêt à l'empaler, mais ce dernier fut plus vif et réussi à m'empaler à sa grande surprise, surprise de courte durée car j'échangeai ma place avec un de mes clones pour me précipiter à nouveau sur lui. Cette fois, son compagnon avec la salamandre fut le plus réactif et tenta de me carboniser. Ce fut vain de nouveau car un clone avait déjà pris ma place. Mes clones étaient cependant doué de vie aussi, ce qu'ils ne prirent pas vraiment en compte en se focalisant sur moi. Ainsi cet humain s'apprêta à m'attaquer avec l'aide de sa salamandre, mais le clone carbonisé, qui ne ressentait pas la douleur le frappa et le plaqua au sol, prêt à l'empaler. Sans l'intervention de sa salamandre, ce serait chose faite. Le pseudo-maître de la Keyblade venait tout juste de réussir à extirper ses armes du corps du clone.
Soudain ce dernier se mit juste devant son ami, préparant une attaque. J'ignorais totalement ce qu'il allait faire. Je n'avais pas soupsconné qu'il serait en mesure de comprendre qu'en attaquant tous mes clones et moi même il me toucherait; ce qu'il fit en faisant apparaitre de colonnes de lumières qui nous blessèrent tous. Un sort puissant de lumière, certainement un technique sidéral. Cette attaque m'était assez dangeureuse étant donné ma nature ténébreuse, toutefois je me relevais encore une fois, à la grande surprise de mes adversaires qui semblaient ne plus pouvoir continuer davantage. Mes clones avaient maintenant disparue, ce qui signifiait qu'il ne me restait plus beaucoups de coups à jouer... Etant donné l'état lamentable dans lequel je me trouvais, je ne pouvais pas tenter mon coup final... Dumoins pas complètement.
Aussi transformais-je mon bras en une lame de grande taille, elle faisait presque toute ma taille. Le blondinet semblait en très mauvaise posture, ce qui me poussa à l'attaquer. Mon coup porta, mais ce ne fut pas la bonne cible qui fut atteinte: l'autre tête de hérisson avait tout juste eu le temps de plaquer son ami sur le sol, se prenant au passage une profonde coupure dans le dos, une blessure douloureuse mais qui ne mettrait pas sa vie en danger, sous réserve qu'il bouge le moins possible. Cependant, même si il semblait évanouit, sa créature, elle, était toujours présente et m'asséna un coup de griffe que je pus éviter de justesse, mais pas son coup de queue. Je me relevai péniblement, mais prêt à charger à nouveau, guider par ma rage primaire. Alors que je fonçais le plus rapidement que je pouvais dans mon piètre état, cette Salamandre se remit à nouveau entre son incantateur et moi. Mais cette fois-ci je la fis disparaitre en la tranchant. Mes mouvements devenaient vraiment plus lent, il fallait en finir maintenant ou je ne pourrais plus attaquer.
Ils étaient tous les deux au sol, inconscients, du moins me semblais t-il. Je me préparais à leur donner le coup de grâce quand soudain je fus engloutis dans le néant. Je ne compris pas tout de suite ce qui venait de se passer, mais finalement j'en déduis que mon hôte m'avait fait fuir le combat de force. Les ténèbres et mes blessures m'empéchèrent de me mouvoir comme je le souhaitais, cependant elles soignaient mes plaies. Je dis alors:


Pourquoi? Que...

Je porte la Lumière... Tu étais au bout de tes capacités, je n'aurais pas permis que tu perdes la vie. Les ténèbres ici présentes vont soigner tes plaies... J'aurais préféré ne pas avoir à recourir à cette technique de soin fort couteuse. Je ne te garanties pas que je pourrais le faire à nouveau. Maintenant dort.

Sur ces ultimes paroles le torpeur commença à m'envahir... Je ne voulais pas lutter, me laissant entraîner dans le royaume de Morphée.
Je ne saurais dire combien de temps j'avais pu dormir, toutefois je me réveillais tout en constatant que mes blessures n'étaient plus; je prenais un portail crée par ma sombre entité vers un autre monde, tout en me rapelant les évènements antérieurs à mon sommeil.


HRP: Je vous laisse terminer ce rp ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Sam 6 Fév - 19:06

Non... Il fallait que je me calme... Je donnais trop d'énergie à ma salamandre... Elle pourrait me surpasser... NON! Jamais! Je ne perdrais pas face à ce pouvoir! Pas à cette chose qui m'avait fait enfermé!
Flash Back
La maison était en feu, et je courrais au ruisseau avec de quoi prendre de l'eau pour arrêter le feu. Des cris venaient de l'intérieur, la terreur me parcourru. Ce qui avait déclanché le feu dans la bibliothèque? Je ne savais pas...
Axell et Xess avaient disparut depuis presque 6 mois, et n'avaient pas été retrouvés, ni leur cadavre. Et aujourd'hui quelque chose avait mit feu à la maison... Le seul endroit où j'étais encore accueillit... NON!
Je me jetais vers la maison, si au moins je pouvais sauver les deux parents...! Mais c'est alors que trois hommes sortirent de la maison, portant des gros sacs.
Hors de notre chemin, vermine!
L'un d'eux posa son sac, et je vis le contenu : l'argenterie. Ce n'étaient que des bandits, des voleurs... Et ils avaient mis en feu la maison..
Mon coeur se brisa. L'un se jeta sur moi avec un couteau, mais je l'esquivais, hurlant de rage. Une puissante émana alors de mon corps, et je la laissais faire, la délivrant, voulant porter ma vengeance.
Une créature apparu alors, le flux de magie la créant... Et je continuais à la faire grandire... Grandire... Et elle se mise à attaquer tout en me défendant... Eh puis finalement, je perdis connaissance.
Fin flash Back
Ce jour-là, j'avais tué tous les bandits, ils avaient été plus nombreux qu'en apparence... Et aujourd'hui ce pouvoir allait réagir de la même façon... Et je risquais d'attaquer Roxas...
Roxas avait, semblait-il, achevé l'être noir. Je souriais, finalement mon pouvoir n'avait pas eu le temps de se renforcer trop brusquement. Mais ce n'était qu'une illusion... L'être des ténèbres se leva, souriant. Non! Pas maintenant que j'étais si près de ma limite!
Il fit alors apparaître des clones. Oh misère! Roxas abattu l'être des ténèbres, qui s'avérait être un clone. D'un coup, l'un se jeta sur moi, près à me sortir de la misère, mais ma salamandre se jeta sur lui. Cette créature avait encore gagné de la taille, il fallait que je me calme, que je stoppe les canaux de flux!
Roxas se mit alors devant moi, et fis une attaque de lumière. Les clones disparurent mais l'être se releva, malgré l'attaque. Je serrais les dents, je n'étais plus en mesure de me battre... Tout ce que je pouvais faire pour retenir le flux, était de protéger Roxas, cela attirerait ma pensée pendant un moment.
Le démon fit alors apparaître une épée sur son bras, celle-ci d'une longueur impossible... Et se jeta sur nous. Roxas aurait prit le coup de plein fouet si ce n'avait pas été pour moi... Mais je fus donc blessé à sa place ; pas de la même façon, mais suffisament pour perdre un instant mes esprits. Ma salamandre, en revanche, continua le combat sans moi. Je lui avait insuflé suffisament d'énergie pour qu'elle survive un bon bout de temps, mais celui-ci touchait à sa fin... Roxas était tombé aussi, et aucun de nous pouvait bouger.
L'être allait porter sans doutes le coup final quand il disparut. Je ne sentais même plus ses ténèbres. Je me redressais tout doucement, le coup ayant été porté dans le dos, j'avais perdu beaucoup de sang. Roxas fit de même. Je regardais la salle. Eh bien je peux vous dire qu'on avait ammochi cet endroit.
Penses-tu qu'il faudrait prendre la peine de nettoyer...? Dis-je avec un sourire.
Mais Roxas avait l'air grave, peut-être cet échec à l'issu du combat ne lui avait pas beaucoup plu... Mais bon, nous ne pouvions rester plus longtemps. Je repensais alors à la fille en haut... J'avais quelque chose à faire moi... Et Rox' aussi... Mais ne pouvions le faire ensemble.
Roxas, c'est ici que je pense te quitter... Quelque chose en ce combat a fait naître un espoir en moi...
Oui... Mon espoir... Celui de retrouver Xess et son frère...
Mais avant ça, je dois me régénérer un peu... Mais sache qu'à un moment je devrais partir... Allons voir comment va ta copine.
J'étais de nouveau souriant mais restait soucieux. Cet être, dont le nom m'était inconnu... La prochaine fois que je le verrais, je le tuerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Ven 12 Fév - 9:37

De l'irritation.
Si Roxas avait bel et bien raison lorsqu'il se croyait capable de ressentir des émotions, celle qui pour le moment emplissait son esprit était de l'exaspération.
Ce n'était pourtant pas dirigé vers Madd Hatter ou leur adversaire, mais bien envers lui-même. Il avait éliminé tant de Sans-Coeurs qu'il était impossible d'en estimer le nombre et vaincu des êtres plus impressionnants les uns que les autres. Pourquoi était-il incapable de mettre fin à la bataille actuelle, alors qu'ils étaient deux contre le même ennemi? Bien sûr, c'était un adversaire de taille, mais le Simili ne se considérait pas comme un moins que rien lui non plus. Donc, soit le blond était rouillé, soit le Messager Funeste était plus dangereux que Roxas avait estimé à la première impression. Peut-être un ensemble de ces raisons.
Ce furent les pensées qui traversèrent le jeune alors que l'être ailé se relevait après le coup qui en aurait éliminé plus d'un. Mais voilà, il n'était pas n'importe quel opposant, c'était chose évidente. La Clé du Destin releva sa Keyblade restante pour se préparer à relancer un assaut alors que leur ennemi se dédoublait - enfin, se déquadruplait? Était-ce seulement un mot?
Le temps n'était cependant pas aux cours de français, car déjà le Messager s'élançait vers le maître de la Keyblade. Or, ce dernier était prêt à contre-attaquer rapidement. La pointe d'Oblivion traversa le corps de l'autre, à la surprise du jeune être sans coeur. Son but n'était certainement pas d'embrocher de cette façon son attaquant. Sa surprise ne fut que plus grande lorsque l'être traversé par la Keyblade changea de place avec l'un de ses clones. Roxas retira l'arme sombre avec un peu de difficulté puis se retourna vers le champ de bataille improvisé.


- Cela a assez duré, marmonna pour lui-même l'ancien membre de l'Organisation.

Voyons maintenant s'il avait aussi perdu de ses pouvoirs crépusculaires.
Roxas leva une main ouverte vers le ciel (ou plutôt vers le plafond, mais qu'importe) pour invoquer son élément de prédilection : la lumière. Étrange comment cet être apparemment des ténèbres pouvait contrôler la lumière avec autant de facilité. C'était sûrement dû à son Autre...
Le jeune au regard bleu utilisa une technique dévastatrice surnommée l'Heure Magique. Des rayons verticaux de lumière mirent fin à l'existence des doubles de l'être ailé et le blessèrent, gravement selon ce que pouvait voir le Simili. Encore là, le Messager Funeste ne semblait pas avoir dit son dernier mot. Une épée de grande taille remplaça son bras alors qu'il s'élança encore une fois vers le blond. Celui-ci se prépara à contrer le coup avec Oblivion qui jouerait le rôle d'un bouclier... ca devrait fonctionner, non?
Il ne le sut jamais; Madd Hatter vint se placer devant lui pour prendre le coup à sa place. Le contrecoup projeta Roxas et le chapelier au sol. Le visage du blond prit des airs de colère malgré ses yeux fermés par la douleur à sa tête, sa main droite tâtonna le plancher à la recherche de la Keyblade disparue. Il rouvrit les yeux à temps pour apercevoir la disparition de leur adversaire.
La bataille était terminée.
Roxas se releva en pensant amèrement qu'il aurait une bosse derrière sa tête qui avait percuté le sol en premier. Il retrouva Oblivion puis la fit aussitôt disparaitre. Elle ne serait plus d'aucune utilité à présent. L'expression sur son visage était sombre, maussade. Il venait de découvrir à quel point les choses pouvaient avoir changées durant son absence, d'abord par l'arrivée d'êtres comme ce Messager. Pendant que les mondes extérieurs changeaient, lui était resté confiné dans l'esprit de Sora. Sa force qui avait fait de lui un Simili digne d'entrer dans les rangs de l'Organisation XIII existait-elle encore quelque part à l'intérieur de lui? L'avait-il perdue? Ou sa puissance ne valait-elle plus rien à présent?
S'il était devenu faible, comment retrouverait-il Axel et Xion? Comment pourrait-il protéger Naminé et ceux qu'il aime?
La voix de Madd Hatter le tira de ses pensées. Il se tourna vers lui sans répondre immédiatement à ce qu'il disait. Au moins, quelque chose de bon avait ressortit de cette bataille si le chapelier disait avoir retrouver un espoir.


- Je comprends, se contenta-t-il de répondre quand l'autre annonça que leurs chemins se séparaient ici.

Le jeune Simili retourna d'un pas rapide là où ils avaient laissé Naminé. Il se pencha près d'elle pour découvrir sa respiration régulière, ses yeux fermés. Elle ne s'était pas encore éveillée. Roxas aurait aimé rester auprès d'elle le temps qu'elle retrouve sa forme, mais en même temps il avait besoin de réponses.
Il avait toujours eut besoin de réponses.
Le blond prit Naminé dans ses bras et la mena dans une pièce qui n'avait pas été abîmée par les batailles récentes sans regarder ce que faisait Madd Hatter. Il découvrit un fauteuil qui pouvait s'incliner et y installa la fille endormie - évanouie.


- La Cité du Crépuscule est ce que j'ai de plus ressemblant à un chez moi... Si un jour tu veux me retrouver, c'est dans ce monde que tu devrais me chercher.

Naminé n'avait certainement pas comprit ce qu'il venait de dire, mais il ne perdait rien à essayer.
Maintenant qu'il s'était occupé de la blonde, Roxas pouvait aller voir l'état de Madd Hatter. Il ne s'occupait pas vraiment de ses blessures à lui, car malgré la douleur qu'elles apportaient, il avait eu de la chance; aucune n'était bien grave. Son compagnon de combat par contre...


- Madd Hatter?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Ven 12 Fév - 23:45

Roxas était allé chercher la blonde, mais je ne pus le suivre... Mon poumon était transpercé, et je n'avais pas assez d'énergie pour entièrement me régénérer. Je m'écroulais à genoux, main sur le torse. Je perdais énormément de sang et rapidement. Ma tête se mise à tourner. Ah non... Pas maintenant! Je refusais de perdre face à une blessure, telle qu'elle soit!
Je crachais un peu de sang, grognant à moi-même. Je frappais le sol d'une main, ne voulant pas laisser apparaître de la douleur sur mon visage. Si Rox revenait maintenant, je serais dans le beau drap! Il fallait que je me calme... Rester calme...
Je ciblais mon énergie restante sur ma blessure la plus profonde, bien que cela pourrait me coûter la vie... Mais je ne pouvais qu'essayer... Mon flux de magie parcouru mon corps se refroidissant, mon coeur pompait vite et fort, ce qui m'était dangereux... Calme.. Calme... Ne pas se laisser abattre... J'avais autre chose à faire! Je devais survivre! Ne pas mourir maintenant m'était important... Je devais découvrir la vérité, retrouver au moins le corps d'Axell ou Xess... Pas que je souhaitais les trouver morts, mais je devais être certain qu'ils n'étaient plus de ce monde... Et je ne me pardonnerais pas si ils étaient devenus autre chose que des humains... Si Xess avait été tant rongé par sa haine, peut-être était-il devenu un être sans coeur! Peut-être était-il comme l'être que nous venions de combattre...
Concentre-toi bon sang! Pensais-je à moi-même.
Il ne fallait pas que je détourne mon attention de ma blessure, sinon mon flux serait inefficasse. Je sentis le flux se concentrer aussi, je ne devais penser à autre chose... Rester calme et concentré, c'était tout! C'est alors que j'entendis Roxas m'appeler.
-Madd Hatter?
Je fermais solidement les yeux, sentant ma concentration disparaître aussitôt. Du sang glissa alors de ma bouche, se répendant sur le sol. J'aurais voulu lui dire de s'éloigner, qu'il ne pouvait rien faire. Mais mon corps entier ne me le permettait pas. Mon coeur pompait tant! Je crus qu'il allait exploser... Et cela risquait d'arriver, et ce n'était pas le pire.
J'aurais tant voulu encore parler avec Rox', il y avit tant de choses que je voulais savoir à propos des similis... Mais je ne pouvais rien faire...
-NON! Hurlais-je d'un coup.
Le flux me parcouru de nouveau, à une puissance anormale. J'aurais pu faire réapparaitre la salamandre trois fois plus grande et forte que précédement. Mais je ciblais cette énergie sur ma blessure. Celle-ci, il me le sembla, réussi à régénérer mes blessures en profondeurs, mais je n'eu pas le temps de voir si tout avait été fini, car je tombais sur le côté, mes cheveux tachés de rouge.
-Ne t'inquiète pas... Murmurais-je. Je vais juste faire un petit som'! Ca va me faire du bien... Laisse-moi prendre le temps de me reposer... Et je ne te dérangerais plus...
Puis je m'endormi dans un sommeil douloureux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mar 16 Fév - 7:56

Roxas attendit une réponse quelconque de la part de Madd Hatter. Il jeta un regard à Naminé avant que le cri du chapelier ne le fasse sursauter. Il s'élança vers la provenance de la voix, alarmé, s'attendant presque à découvrir un nouvel adversaire qu'ils devraient affronter. Cependant il ne vit que l'autre tombé au sol. Du sang tachait le plancher devant lui alors qu'il semblait souffrir énormément.
Le jeune Simili accourut aux côtés du garçon et s'agenouilla près de lui, juste à temps pour entendre le faible murmure qui s'échappa des lèvres de Madd Hatter.


-Ne t'inquiète pas... Je vais juste faire un petit som'! Ca va me faire du bien... Laisse-moi prendre le temps de me reposer... Et je ne te dérangerais plus...

Roxas ne savait plus que faire. Devait-il déplacer le blessé pour le mettre dans un endroit plus comfortable, ou cela pourrait-il empirer ses blessures? Serait-il préférable de retourner auprès de Naminé et surveiller son état?
L'entaille profonde qu'il remarqua sur le torse du chapelier - et qui avait considérablement réduite en taille il y avait moins d'une minute - le força cependant à prendre une décision rapide. Son partenaire de bataille avait besoin de soins et de repos. Le blond leva une main au-dessus du corps inerte de Madd Hatter et utilisa le sort de guérison le plus puissant qu'il connaissait. Au moins, cela pourrait aider quelqu'un.
Il s'asseya, dos contre le mur le plus proche, puis laissa dériver ses pensées.
La dernière personne qu'il avait vu dans un état pareil était Xion... elle était morte dans ses bras. Et il l'avait tuée. Tout ce qu'elle avait laissé derrière elle était un coquillage, objet qui reposait dans la poche du manteau de Roxas.
Mais il y avait aussi Axel, qui avait carrément brûlé toute son énergie pour sauver Sora. Pour protéger Roxas qui était en Sora.
Ces deux membres de l'Organisation, ses deux meilleurs et seuls amis, étaient morts par sa faute. Ils n'avaient pas seulement réintégré leur Autre comme Naminé et lui; ils avaient tout bonnement disparus. Malgré ce fait, pouvaient-ils être revenus dans un des nombreux mondes, à l'instar de la Clé du Destin?
Pourraient-ils recommencer à manger des glaces au sel de mer en haut de l'horloge de la Cité du Crépuscule comme avant? Les doutes naquirent dans l'esprit du Simili. Rien ne serait plus jamais comme avant, même s'ils se retrouvaient. Car ils étaient des Similis, des êtres sans coeur qui n'avaient pas le droit d'exister. Il y aurait toujours quelqu'un comme DiZ qui voudraient les faire rejoindre le néant.
Mais, peu importait le nombre d'obstacles qui se mettraient entre Roxas et sa recherche de ses amis perdus, parce qu'il les traverseraient tous sans faiblir ni abandonner.
Le jeune au regard bleu océan observa de nouveau Madd Hatter. Lui non plus il ne l'abandonnerait pas à son sort, il surveillerait les alentours jusqu'à son réveil.
Roxas dû pourtant admettre que le sommeil l'appelait; il avait de la difficulté à garder les yeux ouverts. Cette première journée de retour dans son propre corps avait été plutôt agitée... Quelques minutes de sommeil ne ferait de mal à personne, n'est-ce pas? Il avait le sommeil léger, le moindre bruit pourrait l'éveiller et en moins de deux il serait prêt à se battre...
Ce furent ses dernières pensées avant qu'il ne tombe dans les bras de Morphée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madd Hatter

avatar

Messages : 79

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Jeu 18 Fév - 1:34

Une vague de malaise me prit dans mon sommeil... Quelque chose n'allait pas. Au loin j'entendais un cri. Mais plus je courrais vers le hurlement, plus il semblait s'éloigner... La rage me prit soudainement. Que c'était pénible!! Je m'arrêtais de courir dans ce noir sans fond et réfléchissais. C'est durant ma réflexion qu'une voix familière me vint.
-Madd? Que fais-tu ici?
Je levais les yeux pour voir, au loin, une silhouette blanche et pure, les cheveux pâles et courts... Lorsque je reconnu la personne, je courrais vers elle et la prit dans mes bras ; il était réel, vivant.. Je pouvais le toucher, il était à porté de main... Axell...
Je me rendis alors compte que je pleurais, et qu'Axell était plus grand que moi. J'enfouissais ma tête pleine de larme dans son torse. Je n'avais jamais fondu en larme ainsi... C'était presque humiliant.
-Eh chapelier... Je t'ai quand même posé une question! Qu'est-ce que t'as alors?
Je levais les yeux pour regarder les yeux bleus glacier d'Axell. Je me redressais, m'excusant.
-Eh bien... Théoriquement ceci est un rêve...
-Un rêve bien étrange...
-J'avoue!
J'étais en quelques sortes gêné par sa présence... N'était-il pas mort? Ou était-il vraiment vivant? Je pouvais pourtant le toucher, communiquer avec lui... Qu'y avait-il d'anormal dans cette situation?
-Madd? Où est Xess?
Je regardais dans les yeux de mon ami. Xess, son frère... Ce jeune garçon si facilement énervé et séduit par le mal du monde... Où il était? Je ne l'avais pas revu depuis la disparition d'Axell, puisqu'il était allé à sa recherche. Mon compagnon leva les yeux vers le ciel, puis autour de nous. Il posa alors ses yeux sur moi, légèrement paiqué.
-Il faut que tu le retrouves! Trouve-le!!
Il m'attrapa par les épaules et me secoua. J'avais comprit! Pourquoi me secouait-il ainsi, avec une telle terreur dans ses yeux?! Je compris alors que quelque chose n'allait pas avec Xess. J'entendis de nouveau le cri, et cela sembla me réveiller.
J'étais de nouveau dans le manoir dans la Cité du Crépuscule... Et Xess avait besoin de mon aide. Je jettais un regard autour de moi, et vis Roxas ; celui-ci dormait. Je regardais cette figure paisible dormir... Inutile de le réveiller... J'avais une mission à accomplir. Je fis apparaître une tasse de thé et un morceau de papier. J'écrivais alors sur la feuille.
Cher Roxas, nous nous retrouverons bientôt je l'espère - une quête m'a été apportée et je dois le faire seul... Ne m'en veut pas, je ne voulais pas te réveiller... A la prochaine mon ptit Rox'!
Le laissa le papier à côté de la tasse et sortis du manoir, je devais me renseigner sur Xess au plus vite... Donc il fallait que je voyage... Il faudrait bientôt que je m'achète un véhicule.. Mais bon, dès que j'aurais des nouvelles de Xess!
[je te quitte - à toi de finir avec naminé dès qu'elle revient]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxas
Simili
Simili
avatar

Messages : 68
Age : 24

Feuille de personnage
HP:
100/100  (100/100)
Voyage avec :

MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   Mar 6 Avr - 10:10

Roxas ne rêvait habituellement que de souvenirs de Sora. Aujourd'hui, il n'en fit rien; son sommeil resta paisible et sans souvenirs qui n'étaient pas les siens, heureusement.
Lorsqu'il se réveilla de sa sieste, la première chose que le jeune fit fut de se lever dans un sursaut. Où était Madd Hatter? Ses yeux bleu océan croisèrent une tasse de thé placée au sol. Immédiatement, Roxas arrêta de chercher autour de lui. Il s'approcha de la tasse pour découvrir en-dessous un message de la part du Chapelier lui disant qu'il était déjà parti, à la recherche de son espoir peut-être?
Le blond se demanda si la blessure de Madd Hatter était complètement guérie, et si non, comment il ferait pour se battre dans sa mauvaise condition. Mais peu importe ce qu'il en pensait, l'autre était maintenant ailleurs, certainement dans un autre monde que la Cité du Crépuscule. Roxas, quant à lui, devrait partir à la recherche d'informations sur l'Organisation XIII et ses anciens amis. Avec un peu de chance, il obtiendrait des réponses sans avoir à se battre. Sinon, il affronterait ceux qui se mettraient sur son chemin.
Sur ces pensées, le Simili se rendit dans la salle où il avait déposé précédemment Naminé. Il la regarda une minute dormir paisiblement, se demandant s'il pouvait vraiment la laisser ainsi sans défense alors que n'importe qui pouvait entrer dans le manoir et lui faire du mal. Mais il avait des réponses à obtenir; ce ne serait pas en attendant son réveil qu'il avancerait dans ses recherches. Roxas sortit du manoir sans plus y penser.
La Cité du Crépuscule était toujours la même, et c'était une constante réconfortante. Pour l'ancien membre de l'Organisation, ce monde était chez lui. Si un jour il pouvait vivre une vie normale, une vie à laquelle il avait goûtée grâce aux machinations de DiZ, Roxas n'avait aucun doute que ce serait dans cette cité qu'il vivrait. Mais en tant que Simili, la normalité ne pourrait exister pour lui. Rien n'existerait jamais, car il était une créature du néant.
... Il ne perdait rien à rêver.
Ouvrant un portail des Ténèbres, Roxas jeta un dernier regard au manoir avant de pénétrer dans le couloir sombre du portail vers un nouveau monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le fantôme du Salon Blanc (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le fantôme du Salon Blanc (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Last Memories :: Plateforme de l'Eveil :: ●Cité du Crépuscule :: Manoir-